Les hémorragies externes

cellules-sanguines: hémorragies externes

Zones sensibles :hemorragies externes

Les oreilles,les paupières,la truffe et les coussinets constituent des zones particulièrement exposées dans la mesure où elles sont assez exposées aux traumatismes mais aussi de part leur forte vascularisation.

La compression :hemorragies externes

Elle demeure la première mesure à appliquer en cas d’hémorragie externe (plaie sanguinolente).Elle est à faire délicatement et graduellement afin de percevoir une éventuelle douleur de l’animal.

La compression doit être réalisée juste au-dessus de la plaie sanguinolente.

  • appliquer une ou plusieurs compresses stériles (ou non stériles selon disponibilité)
  • appliquer sur ces premières compresses, un petit paquet de compresses supplémentaires.

Le deuxième paquet de compresses est à changer lorsqu’il est fortement imbibé de sang, contrairement aux compresses directement en contact avec la plaie (vous risqueriez alors d’éliminer le caillot en voie de formation).

Une fois la compression réalisée, le propriétaire veillera de ne plus bouger la zone lésée,à ne plus diminuer la pression exercée,et à ne plus retirer les compresses pendant au moins 10 minutes (prendre un repère sur sa montre).

Contrôle de la douleur :hemorragies externes

Si la plaie se trouve au niveau d’une fracture (ouverte ou fermée), il faudra veiller à effectuer une compression de manière douce et graduelle.

Pansement compressif :hemorragies externes

Si malgré la compression effectuée, l’hémorragie perdure, il faudra alors envisager un pansement compressif. Ceci permettra en outre au propriétaire de déplacer ou transporter son animal dans une structure d’urgence vétérinaire.

A noter que parfois, un pansement compressif est plus efficace qu’une compression manuelle directe.

Les garrots :hemorragies externes

Les garrots ne doivent être effectués uniquement par un vétérinaire ou un infirmier vétérinaire ( sauf cas exceptionnel).

Le but du garrot est de stopper toute circulation sanguine sur une partie d’un membre entre l’extrémité et le lieu de la pose.

La pose d’un garrot n’est pas sans risques car il se produit alors un déficit d’oxygénation des tissus , et secondairement une nécrose de ceux-ci (risque de perte du membre à court terme).

Le garrot doit toujours être posé en amont de la zone lésée et sanguinolente. Il convient de poser ce garrot à une certaine distance de la plaie afin de ne pas la comprimer.

Le soigneur veillera à faire un nœud sur ce garrot.

Il faut alors noter l’heure de pose du garrot. Après 9 ou 10 minutes, il est important de desserrer celui-ci pendant 1 minute afin de permettre une revascularisation temporaire de l’aval de la zone lésée. Pendant cette minute de décompression, il faut réaliser une compression manuelle (pendant 1 minute) puis resserrer immédiatement le garrot. Il faut répéter ce processus régulièrement.

ATTENTION : la pose d’un garrot est toujours un dernier recours pour contrôler une hémorragie

Pour en savoir plus sur les hémorragies: cliquez ici

 

 

 

 

Secured By miniOrange